Accueil Non classé De la Tradition Primordiale : le péché originel chez les Aborigènes

De la Tradition Primordiale : le péché originel chez les Aborigènes

0
0
63

L’existence d’une « Tradition Primordiale », c’est-à-dire d’une religion, d’un fond spirituel ou d’une « science des sciences » communs à l’ensemble de l’Humanité primitive fait débat, tant chez les occultistes que chez les historiens et spécialistes des religions. Ce qui est certain, c’est qu’il existe un grand nombre d’analogies – et parfois de similitudes frappantes – dans les croyances de civilisations fort éloignées, tant géographiquement que culturellement. En voici un exemple, avec le récit du péché originel chez les Aborigènes, qui rappelle immédiatement celui d’Adam et Eve goûtant au fruit défendu !

« Un jour, où Purukuparli restait au camp, Waijani, sa femme, s’en fut retrouver son amant Tapaji. Elle prétexta d’aller chercher à manger. Waijani et Tapaji commirent l’adultère, mais sous le regard du hibou. Waijani avait amené avec elle son bébé Janani. Elle le laissa à l’ombre d’un arbre. Elle s’absenta trop longtemps. L’ombre se déplaça, exposant petit-à-petit le bébé aux rayons mortels du soleil. Triste, elle s’en retourna lentement au camp.

Quand il apprit ce qu’il s’était passé, Purukuparli chassa sa femme. En signe de culpabilité et de regret, Waijani se couvrit le pubis de ses mains. Par solidarité, sa mère fit de même.

Puis, Tapaji vint réclamer l’enfant mort afin de le ressuciter. Purukuparli refusa :  »Maintenant que mon fils est mort, tout le monde devra le suivre. On devra tous mourir. »

Alors, armés de fourches et d’éclairs, Tapaji et Purukuparli se sont battus. Purukuparli blessa Tapaji de nombreuses fois au visage, et l’obligea à s’envoler. Tapaji se transforma et devint la lune, apparaissant et disparaissant tous les mois, comme pour rappeler à l’homme son immortalité perdue.

Purukuparli célébra le rituel d’enterrement, assisté par l’oiseau Tokawanpini. Il montra aux gens comment fabriquer les ornements funéraires et comment exécuter les danses.

Puis, à la pointe est de l’île de Melville, Purukuparli prit son enfant dans les bras et marcha vers la mer. Aujourd’hui encore, on y voit le tourbillon d’eau qui les avala. »

« Rêve du peuple Tiwi, Île de Merveille », in Paroles aborigènes, Australie, rec. Par Thomas Johnson, Albin Michel, 1998. Extrait cité par Odon Vallet, L’héritage des religions premières, coll. Religions, Gallimard, 2003, p. 98.

Fr. Kearan.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par coursoccultisme
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La « conjuration universelle »

  Pour le sorcier ou la sorcière qui chercherait une conjuration générique pour ses é…